Trajectoires

 Dans Actualités

Bravo Yannick !

Je rends hommage à ces grands fous des mers, à leur courage, leur persévérance après plus de 80 jours en mer, seules ou seuls. Oui il y eu 6 femmes cette fois ci!

Exploits individuels et exploits collectifs dans des conditions comme toujours incroyables et inédites. Une course inoubliable, un Vendée-Globe comme jamais !

Après des mois, des années de préparation, pour certains, le tour s’est arrêté au bout de quelques jours seulement en démâtant ou en heurtant un OFNI (objet flottant non identifié) comme ce fut le cas de Yannick Bestaven, 12 ans plus tôt. Pour d’autres, leur rêve d’être sur le podium disparaît à quelques miles de l’arrivée, en heurtant un chalutier. Et pourtant, quelle initiation ce parcours, et quelle envie d’y revenir dans 4 ans cela a dû susciter.

Durant cette course, certains ont montré les prouesses de nouvelles technologies avec des foils qui les ont fait littéralement voler sur l’eau, tandis que d’autres ont dû adapter leur trajectoire en continuant avec « une seule aile » ou d’autres enfin se sont « débrouillés tant bien que mal » avec humour dans leur simple apparat et leur « 4L customisée » pour peut-être finir en bonne place malgré tout, et en ayant connu la joie d’aller secourir l’un des leurs dans cette aventure.

Je n’oublie pas non plus ceux qui, au-delà de la difficulté de la course elle-même, ont dû faire sans leurs « deux mains » pour un présent qui chante ou bien ceux encore qui, bien qu’étant hors course, la continue pourtant, pour finir en beauté.

Je salue aussi ceux qui furent à l’initiative du Vendée Globe depuis la première édition jusqu’à cette neuvième et qui ont pu faire rayonner, bien au-delà de notre belle Vendée, le goût de l’aventure, au-delà des frontières, jusqu’au lointain Japon.

Bravo à toutes et tous et bon courage à ceux qui sont encore en mer.

Jusqu’au bout, tenez le cap !

Quels que soient votre jour et heure d’arrivée, cette fabuleuse expérience vous aura, à coup sûr, transformé !

La vie, elle aussi peut parfois « jouer des tours » : imprévisible toujours et follement enthousiasmante pourtant.

Je m’incline devant Elle et devant chacun d’entre nous, visibles ou invisibles, qui réussissons des exploits, chaque jour, en osant parfois une autre trajectoire.